Les BDs à mettre sous le sapin

Hello !

C’est bientôt Noël, et du coup, je me suis dit, pourquoi ne pas vous donner qques idées de livres à mettre sous le sapin ? Evidemment, les livres proviennent de ma bibliothèque lue, histoire de ne pas vous proposer des livres que je n’ai pas lu et qui sont peut être super nuls, ou super biens. Il y a donc un peu de tout dans cette sélection, du classique du Young Adult, du contemporain, de l’historique, de l’humoristique et des BDs.

Alors, on va commencer par mon choix de BDs, je vais faire un deuxième article pour les romans parce que j’ai un beug de mise en page sur wordpress… :

dav

Il n’y a que quatre auteurs ! Dont trois que j’aime particulièrement. Stan Silas, Taniguchi et Davy Mourier. Sachez, les Nancéiens, que toutes ces BDs, sont disponibles dans votre Librairie Album, au 1er étage du St Sébastien à côté du C&A, si vous ne connaissez pas, allez-y, j’ai jamais vu des libraires aussi sympas qu’eux ! Ils ne se trompent jamais quand ils vous conseillent une BD, ils sont toujours de bonne humeur, on peut parler avec eux des heures de BDs, bref, si vous aimez la BD, je vous conseille vivement cette librairie ! Et si vous n’avez pas de compte fidélité, ouvrez-en un et dites leurs que vous venez de ma part.

Bref, revenons à nos BDs, alors je vous ai sélectionné :

La Vie de Norman (Il y a en tout 5 tomes, + Sylvaine) de Stan Silas

Pour qui ? Tout le monde à partir de 14 ans. Perso je l’ai offert à mon oncle (+30 ans), mon frère de 20 ans, mon mec et c’est le genre de BD que j’offre à mes potes rigolos.
Ca parle de quoi ? « Norman a huit ans et il est fan de films d’horreur : Freddy Krugger, Jason Vorhees et Michael Myers sont ses modèles, dont il reproduit les exploits dans la vie réelle. Jérémy, le petit nouveau qui vient d’emménager au village, rejoindra vite la longue liste des enfants disparus et ne fera plus parler de lui… Mais Garance veille ! Cette jolie blondinette va mener l’enquête sur l’étrange absence de son petit amoureux… »
Editeur : Makaka

Biguden (le Tome 3 sort en début d’année prochaine) de Stan Silas

Pour qui ? Tout le monde, même les Bretons !
Ca parle de quoi ? « Goulwen vit dans une maison à flanc de falaise avec une mémé cabocharde qui croit encore aux Korrigans… C’est sur la plage qu’un événement extraordinaire va bousculer le quotidien de cette famille bretonne ! D’un bateau échoué, Goulwen recueille chez lui une petite japonaise… La confrontation entre les deux cultures va d’abord être explosive ! »
Editeur : EP

La petite mort (Il y a 3 tomes. et même un coffret héhé) de Davy Mourier

Pour qui ? Toujours pour tout le monde, bon, peut être pas un enfant de 8 ans.
Ca parle de quoi ? « Maman et Papa Mort sont très heureux de vous annoncer la naissance de La Petite Mort ! Suivez les aventures du très mignon, funeste et drôle de personnage de Davy Mourier. Un album aux petits moignons !

La Petite Mort vit des jours heureux. Il va à l’école, tombe amoureux d’une fille de sa classe et essaie de se faire des amis. Bref, à quelques détails près, la Petite Mort est un enfant comme les autres, si ce n’est qu’il a un avenir tout tracé : quand il sera grand, il reprendra le travail de Faucheuse de son père. Mais la Petite Mort veut être fleuriste ! »
Editeur : Delcourt 

Elle s’appelait Tomoji  de Jirô Taniguchi

Pour qui ? Plutôt les adultes / Jeunes adultes capable d’apprécier le dessin et l’histoire.
Ca parle de quoi ? « Taniguchi met ici en scène la rencontre entre deux adolescents dans le Japon de l’entre-deux guerres (1925-1932). Tomoji vit dans la campagne au nord du mont Fuji, tandis que Fumiaki fait ses premiers pas de photographe à Tokyo. L’auteur nous fait découvrir avec sa sensibilité habituelle ce qui va unir ces personnages.

Une histoire inspirée de personnages réels qui fonderont par la suite une branche dérivée du bouddhisme. »
Editeur : Rue de Sèvres

Le journal de mon père de Jirô Taniguchi

Pour qui ? Pareil, plutôt adultes / Jeunes adultes
Ca parle de quoi ? « Contrairement à l’impression suggérée par son titre, Le Journal de mon père n’est pas un récit autobiographique. Jirô Taniguchi a simplement “planté” son scénario à Tottori, sa ville natale, où il a tant de repères et de souvenirs. Le héros de cette histoire s’appelle Yoichi Yamashita et travaille à Tokyo dans une agence de design. Apprenant la mort de son père, il revient après une très longue absence à Tottori, la ville qui l’a vu grandir. Au cours d’une veillée funèbre très arrosée, le passé des années 50 et 60 ressurgit : l’incendie qui a ravagé la ville et la maison familiale, le dur labeur pour la reconstruction, le divorce de ses parents, ses souffrances d’enfant… Lors de cette veillée, chaque membre de la famille apporte un éclairage nouveau sur la personnalité de ce père que Yoichi tenait jusque-là pour responsable du désastre familial. Le fils réalise finalement, mais trop tard, qu’il a sans doute été le seul responsable de leur douloureuse incompréhension. »
Editeur : Casterman

Jeune fille en Dior d’Annie Goetzinger

Pour qui ? Les modeuses, celles qui s’intéressent à la mode, à la haute couture.
Ca parle de quoi ? « Avec Jeune fille en Dior, Annie Goetzinger signe une histoire complète sur le monde de la mode et l’un de ses plus grands noms : Christian Dior…

La Jeune fille en Dior, c’est Clara, une jeune chroniqueuse férue de mode, et notre guide dans les coulisses de la maison Dior… Le 12 février 1947, le Tout-Paris se presse avenue Montaigne pour assister au premier défilé d’un certain Christian Dior. Dans une envolée de longues jupes corolles, le défilé commence. L’assistance est médusée : c’est un triomphe ! Carmel Snow, du Harper’s Bazar, s’écrie : « It’s quite a revolution, your dresses have such a new look! » En un mot, la carrière du couturier est lancée, et l’histoire de Clara commence.

Jeune fille en Dior est un roman graphique ; une biographie dessinée et romancée qui ouvre l’univers de la mode et de la haute couture à la bande dessinée. »
Editeur : Dargaud 

Publicités