La promesse des ténèbres – Maxime Chattam

Nous sommes mercredi et je n’ai pour le moment lu qu’un livre sur 7 de ma PAL pour le FRRAT… M’enfin j’ai commencé par le livre qui n’est pas mon style de lecture… Un policier / Thriller, un Chattam, je me suis dit que comme ça, hop, c’est expédié ! Sauf que je me suis tellement prise dans ce livre… Mon dieu, je n’ai pas pu le quitter… J’ai dû sortir de chez moi pour voir des amis, je vous assure que ça me faisait presque chier parce que je voulais finir mon Chattam.

Quatrième de couverture : « NEW YORK, mégapole de tous les possibles. De tous les excès. Où la verticalité des buildings s’oppose à celle des SDF. Où des hommes se déguisent en vampires pour se repaître de la vie de leur partenaire.Où l’industrie pornographique underground se développe à une inquiétante vitesse. Où l’on vend la mort filmée en direct.
Au cœur de ce maelström, le journaliste Brady O’Donnel, dans le sillage de Rubis, femme envoûtante, plonge dans l’enfer. Celui de la Promesse des Ténèbres. »

Ma note sur SensCritique : 7/10
Moyenne sur SensCritique : 7,3/10

Mon avis : Un livre, qui, je pensais, ne me plairait pas aux vues du style etc… Finalement gros coup de cœur, je veux la suiiiite ! C’est écrit simplement, pas de phrase à rallonge, pas de phrase inutile, seules les choses importantes pour le récit sont écrites, ce qui nous permet de mener notre enquête au fil de notre lecture. Un suspens tout au long du livre, à chaque fin de chapitre, il y a un petit truc qui fait que tu es obligé de lire le chapitre suivant et ainsi de suite. Un livre de prostitution, de meurtre, d’investigations, de journalisme, d’amours, de mensonges, d’amitié, de New York et de ses bas-fond etc… Mon seul ennui, c’est que j’avais deviné le rôle de Pierre dès son apparition dans le roman… Mais bon, ça arrive… Un livre entre réalité et fiction (?). Un coup de cœur !

Quotes :

« Nous nous gavons des ressources, nous pompons tout ce que nous pouvons, en songeant déjà à la prochaine planète qu’il nous faudra coloniser pour survivre. Heureusement, le mal est là, en nous, nous nous autodétruisons. »

« L’homme n’est pas fait pour vivre avec une seule partenaire toute sa vie, c’est purement biologique ce que je dis là, tu forces ta nature à l’asservissement. »

« Faut pas dire à ton mari ou à ta femme que tu le trompes, au fond il s’en doute, mais au moins il ou elle redouble d’attention et d’ingéniosité pour te garder ! »

« Parfois il suspectait l’adultère d’être un substitut de la psychothérapie. Tromper pour fuir ses peurs, se sentir revivre. Jouir en l’autre c’était aussi lui transmettre ses angoisses. Finalement, ce n’est pas la maitresse qu’on aime, mais ce qu’elle représente de rassurant. »

Sur ce, je retourne dans mes lectures pour le FRRAT ! Et vous, vous avez aimé ? Vous en êtes où dans le challenge ?

Publicités